EAN13
9782365123570
Éditeur
Croquant
Date de publication
6 octobre 2022
Collection
SOCIETES ET POL
Nombre de pages
350
Dimensions
22 x 14 x 1,7 cm
Poids
419 g
Langue
fre

La Méditerranée Occidentale : Histoire, Enjeux Et Perspectives

Nourredine Abdi

Croquant

Prix public : 20,00 €

Cet ouvrage consacré au Maghreb et au partenariat avec les pays de l’arc latin de la Méditerranée est publié au plus fort d’une actualité marquée, d’une part, par l’existence d’une crise aiguë du couple algéro-marocain qui était envisagé comme le moteur d’une construction maghrébine, et d’autre part, d’une marginalisation de la Méditerranée occidentale dans la géopolitique mondiale que traduit ce conflit majeur opposant l’Europe et les Etats-Unis à la Russie. Ce paradoxe qui incite au désenchantement, n’est-il pas aussi le moment privilégié pour repenser et agir afin de réaliser un regroupement régional et promouvoir des formes de partenariat et de coopération entre les pays méditerranéens. Autrement dit, la crise géopolitique ne donnerait-elle pas l’opportunité aux pays du Maghreb de repenser leurs alliances, de mieux défendre leurs intérêts communs, et contribuer ainsi à mettre en oeuvre un nouvel ordre politique et économique plus propice au progrès et au développement de leurs peuples. Il s’agira pour eux de se hisser à la hauteur des nouveaux enjeux provoqués par les recompositions géopolitiques en cours et de dépasser des situations jugées aujourd’hui indépassables. Ce livre posthume de Noureddine ABDI qui est l’aboutissement de longues années de travail offre des matériaux précieux dans l’édification de ce projet maghrébin « sans cesse recommencé » et/ou contrarié, car soumis aux aléas politique, à des conjonctures économiques internes et à des alliances économiques ou politiques contraires à la vocation unitaire du Maghreb. Avant d’entrer dans le coeur d’un sujet -le Maghreb et subsidiairement ses rapports avec la Méditerranée occidentale- qui fut dès les années 1980 au centre de sa réflexion et de ses recherches, un mot pour évoquer une dette personnelle qui nous avons contractée auprès de N. Abdi. Engageant au milieu des années 1970, une carrière de chercheur en économie agricole et rurale, parmi mes premières lectures figuraient en bonne place les articles que N. Abdi avait publié dans des revues (la Revue Algérienne ou d’autres revue étrangères). Il fut pour moi, l’un des premiers chercheur algérien (aux côtés de nos aînés que furent Tami Tidafi, Hamid Aït-Amara ou Claudine Chaulet) qui ont contribué à nourrir nos connaissances, et à nous initier aux questions agraires et paysannes. Celles-ci avaient occupé son activité intellectuelle tout au long de la période qui va du milieu des années 1950 à la fin des années 1970. L’autobiographie qui figure à la fin de l’ouvrage apporte des éclairages intéressants et nouveaux sur les contextes politiques et économiques de cette époque. Elle nous livre un témoignage inédit sur les conditions concrètes d’émergence de l’autogestion agricole en Algérie, les obstacles rencontrés et les luttes d’influence exercées au sein de l’appareil d'État, les motifs de son engagement auprès des ouvriers de l’autogestion ou les attributaires d’une réforme agraire qu’il avait appelé de tous ses voeux. Si le récit autobiographique, rédigé avec une modestie qui impressionnait les personnes qui l’ont côtoyé, évoque assez clairement l’engagement politique et syndical de l’auteur dans la lutte de libération nationale, elle témoigne aussi de son attachement émouvant à sa terre - et de ses lieux- d’origine, décrit les premiers pas de l'État algérien dès l’indépendance en mettant l’accent sur difficultés dans la construction de ses institutions nationales. Au cours de la période qui va suivre, celle qui commence dans les années 1980, N. Abdi va élargir la perspective en traitant essentiellement de la construction maghrébine, et focalise sa pensée sur « les perspectives d’un avenir régional commun ». Appartenant dorénavant aux deux rives de la Méditerranée (un entre-deux dont il faisait l’expérience), il fonde son engagement personnel à penser également le rapprochement des pays du Maghreb avec les pays méditerranéens de l’arc latin. Les processus de renforcement des unions régionales face à une mondialisation en marche, l’essor d’une coopération adaptée à leur échelle font aussi l’objet de ses préoccupations intellectuelles. Ces formes de coopération et de regroupement régional sont pensées comme « le meilleur moyen de peser dans les relations internationales ». Ces nouvelles recherches que l’auteur engage baliseront un parcours personnel et professionnel au sein d’institutions tels l’Institut d’Études du Développement Économique et Social (IEDES), le CNRS français, la Maison des Sciences de l’Homme ou de laboratoires de recherche de l’Université Paris VII. Abdi se dépensera avec énergie pour animer des forums, des débats ou des rencontres scientifiques réunissant des dizaines de chercheurs appartenant aux deux rives. Tous les travaux et toutes les contributions que N. Abdi signale dans cet ouvrage, sont les produits intellectuels de ces multiples activités ; elles ont fait l’objet de publications thématiques dans des revues, des compte-rendu de séminaires ou des ouvrages collectifs. Les sources d’inspiration les plus marquantes de ce parcours professionnel sont évoquées. Il y a en premier lieu l’auteur maghrébin par excellence que fut Ibn Khaldoun dont il est fait souvent référence dans ses travaux, mais aussi d’autres auteurs ; le marocain A. Khatibi, et le tunisien A. Meddeb- passeurs et penseurs comme lui de l’altérité- qui partageaient avec lui, une confiance dans la construction de ce « lieu de symbiose » qu’est selon lui le Maghreb. Il n’a cessé d’entretenir un dialogue ininterrompu, et jusqu’à leur disparition prématurée, avec ces deux auteurs qui cultivaient, selon son expression, une « maghrébinité commune ». Cet « entre-deux », position qu’il assumait pleinement, et les liens socioculturels qui le rattachait aux deux rives de la Méditerranée, l’ont naturellement conduit à plaider pour un rapprochement ; celui-ci qui se nourrissait d’échanges intellectuels avec d’autres auteurs (J. Berque ou P. Vieille) à la sensibilité méditerranéenne tout aussi affirmée que la sienne. Ce n’est, écrit-il « qu’en restituant parmi les autres dimensions du Maghreb, celle qu’il partage avec l’Europe latine, qu’on parviendra à saisir les réalités maghrébines telles qu’elles sont perçues par les Maghrébins eux-mêmes et plus particulièrement la société civile, de façon à que ce Maghreb réel puisse constituer notre véritable horizon de pensée ». Cette vision généreuse d’ouverture vers la méditerranée occidentale l’empêchera d’examiner les distances prises avec la rive sud, l’Europe méridionale préférant de fait coopérer avec les nouveaux pays (ex PECO) admis dans l’Union européenne. Elle est également silencieuse sur les approches nationales que chacun des pays du Maghreb engage avec les pays de l’Union européenne Aucune coordination n’est réalisée dans la mise en oeuvre des rapports politiques et économiques et politiques. À titre d’exemple, les accords d’association sont signés séparément et leurs évaluations -qui font ressortir des tendances à l’accentuation des asymétries économiques défavorables aux 3 pays du Maghreb- n’ont pas permis les rapprochements concertations pourtant nécessaires. L’engagement politique de l’auteur pour « féconder un Maghreb des citoyens » est un engagement actif résolument orienté vers des processus de création et de production de richesses « au plan intérieur », et impulsé « au plan extérieur » par « un esprit d’ouverture et de partenariat ». Il s’agit, nous dit-il, « de dégager les perspectives d’un avenir régional commun pour qu’il soit davantage maîtrisé que subi, c’est-à-dire qu’il prenne la forme d’un essor autonome plutôt que celle d’un moindre développement et d’une dépendance accrue ». Empruntant à l’auteur des « Andalousies », la formule de J. Berque, N. Abdi appelle lui également à des « Andalousies toujours recommencées, dont nous portons en nous les décombres amoncelés et l’inlassable espérance ». L’approche généreuse et profondément universaliste que N. Abdi adopte, reprend une idée empreinte d’humanisme, de cet autre penseur de la Méditerranée, Paul Valéry, qui concevait la Méditerranée comme un « dispositif à faire de la civilisation ». La méditerranéïté,...
Trouver ou

Offres